La Longue Paume
            
                    Finales des Championnats de France
                    En médaillon, l'équipe de Saint-Christ, championne de France en première catégorie et soulevant le bouclier de Brennus.

      Les finales des championnats de France ont, comme chaque année, réuni de nombreux compétiteurs. En médaillon : l'équipe de Soint-Christ championne de France en première catégorie et soulevant le bouclier de Brennus.
        " Les dernières rencontres de longue paume (en première et deuxième catégories) se disputent, fin septembre, au jardin du Luxembourg. Un cadre mythique et délicieux, pour clore une saison jugée satisfaisante. Si le nombre des licenciés n'a guère augmenté (environ 2400) ; les grands rendez-vous de l'été ont été suivis avec assiduité et engouement. à commencer par le tournoi fédéral de la jeunesse paumiste, qui se déroule en juin à Péronne ou les finales des championnats de France (en juin à Rosières-en-Santerre) et les Coupes de France (Ao˛t à Camon) .
      "à Péronne, la journée a donne lieu à une très belle fête, souligne Jean-nick sellier, président de la Fédération française de longue paume. Tout le monde est réuni: enfants, parents, éducateurs et dirigeants. à Rosières, ce sont les plus belles finales auxquelles nous pouvons assisté depuis que la nouvelle formule des éliminatoires, une journée qualificative et les finales existe.
      Quant à Camon, c'est l'occasion pour notre sport de montrer tous ces choses dans un espace reposant et attrayant.

voir site consacré à ce jeu
http://perso.wanadoo.fr/jf.tricoire/


je vous recommande ce site pour visionner un film
qui vous présente le jeu de paume
http://www.languepicarde.fr/pages/rubrique-101/longue_paume.html

Témoignage du passé: à Roye, l'entrée du jeu de paume encore existant.
Deux belles pilasses en pierre sculptée, ornées de raquettes de longue paume.
mais reconverti pour une aire de jeux pour les enfants. Le long du jeu de Paume, une piste de boule plate.

         La longue paume appartient à la famille des jeux de paume dont l'origine est très ancienne puisqu'on la fait généralement remonter aux Grecs de l'Antiquité.

Matériel: La balle, composée d'une sphère de liège recouverte d'un genre de flanelle, pèse de 16 à 20 g, et mesure 5,5 cm de diamètre. La raquette, cordée en boyau de mouton ou en nylon, mesure 72 cm de long (2/3 pour le manche, 1/3 pour le tamis).

Règle du jeu : Pour être mise en jeu valablement, la balle doit franchir, de volée, la distance qui sépare la ligne de tir de la corde. Après mise en jeu, la balle peut être rechassée de part et d'autre, les échanges pouvant se poursuivre soit de volée, soit du premi
er bond en s'arrêtant:
    - soit lorsque la balle a fait plus d'un bond,
    - soit lorsqu'une faute a été commise.
Balle de Longue paume (6 cm)
L'objectif est de faire "mourir" la balle dans le camps adverse, c'est à dire, la faire tomber à l'intérieur de leur camps de façon telle qu'ils ne puissent la renvoyer "bonne". Ce sont ensuite les joueurs qui, par leur force ou leur adresse, délimitent leurs camps.
      La variabilité de la surface des camps est obtenue par le système des chasses : dès que celle ci sort du terrain par les côtés ou qu'elle fait plus d'un bond, une "chasse" est posée à ce niveau sur le côté du terrain, marquant une limite imaginaire.
     
Lorsque les équipes permutent ensuite de côté pour jouer le quinze suivant, la surface de terrain à défendre se trouve réduite dans les mêmes proportions. La première équipe est ainsi avantagée : d'une part elle n'a à défendre qu'une surface réduite et d'autre part, elle voit venir la balle de plus loin.
      Si les points se comptent comme au tennis, 15 - 30 - 40 - jeu (éventuellement avantages), contrairement à ce sport, toute balle tombant sur les lignes ou les touchant si peu que ce soit, est considérée comme faute..

Genres de parties : La partie terrée se joue entre équipe de 6 joueurs, en 6 ou 7 jeux, avec avantage de 2 quinzes au dernier jeu si les adversaires sont à égalité avant de l'aborder. Dans la partie terrée, la corde constitue simplement une ligne de service.
      Dès que la balle est mise en jeu valablement, cette corde est censée ne plus exister. La partie enlevée se joue entre équipe de 4 joueurs, en 5 jeux avec éventuellement avantage à tous les jeux (écart de 2 quinzes).
Jeu de paume à Crécy en Ponthieu (80)

      Dans ces parties, la corde tient lieu de filet et continue à jouer ce rôle en permanence. Une ligne appelé "rapport" limite le terrain du seul côté tir (située à 7 m de la ligne de tir).
       Les parties enlevées peuvent également se jouer entre équipes de 2 joueurs ou individuellement sur des terrains limités des 2 côtés. Dans ce cas, une zone neutre de 7 à 8 m remplace la corde.

La Paume "Rois des jeux"
     La paume est probablement l'un des plus anciens jeux puisqu'il en est déjà fait mention dans certains textes du XIIIème siècle. Il semble selon l'université de Lille III que c'est dans notre région qu'il ait été inventé. Un anglais R. DALLINGTON, note en 1598 que le pays est semé de jeux de paume ce qui le porte à croire que " les français naissent une raquette à la main". Connue par le célèbre Serment, la paume, appelée sphéristique , comptait encore près de cent mille fervents dans le Nord Pas de Calais d'après le Grand écho de 1929, 4 000, 6 000 ou 8 000 hommes pouvaient parfois être rassemblés lors des grandes rencontres de Valenciennes ou d'Anzin !
       
                                     Concours de Longue Paume à Nesle.
       Un écrivain, Maurice des Ombiaux, en a même évoqué les fastes dans son oeuvre "La Petite Reine Blanche".
      Voilà qui place la paume sur les hautes cimes du sport. Chaque année, une Coupe de France est disputée, ce qui permet au club vainqueur d'inscrire son nom sous la coupe offerte en 1922 par le journal L'éclair. Cette coupe de 35 kg, après avoir longtemps été exposée au café Niemenck à Wargnies le Grand, se trouve désormais à la Fédération des Jeux de Balle à Maubeuge.


Les féminimes de Biaches, championnes de France, à Rosières-en-santerre)

(Photos d'Olivier Billard)
Le geste...

.
Partie de Longue Paume à Rosière en Santerre

"Etre optimiste pour l'Avenir"

     La longue paume s'est consacrée à "l'enlevée" (rencontres en un contre un et en deux contre deux). Une compétition un peu moins fréquentée que les deux saisons précédente. La faute à la canicule, aux blessures, Jean-François Ricque opéré) et à un certain "élitisme" que les dirigeants voudraient atténuer-. " Nous devrions être les premiers à organiser une compétition à deux vitesses et rendre les journées plus attrayantes. Car la participation a baissé de 20 % cet été. Ce qui n'a pas empêché Arnaud Poty de devenir, pour la quatrième fois; le numéro un en première catégorie. " Dans l'ensemble, la longue paume peut donc se montrer optimiste: Les dirigeants ont pris conscience que le temps des changements était peut-être venu et qu'une réflexion sur l'avenir des sports picards était nécessaire. " Nous rencontrons des difficultés, mais si les bénévoles continuent d'être présents, les compétiteurs sou-dés et assidus, les parents intéressés, je ne vois pas pourquoi nous n'y arri-verions pas. C'est ce que j'appelle la cha”ne vertueuse", mais une cha”ne fragile, qu'il faudra s'attacher à consolider jour après jour.
                            
                                                                                                                                KRISTELL MICHEL 


"Sports picards : l'union fait la force"

      En mal de reconnaissance, les deux sports picards par excellence, que sont le ballon au poing et la longue paume, pourraient très bient™t être réunis au sein d'une seule et même confédération. L'idée fait en tout cas son chemin.
       Doucement mais s˛rement, Dominique Renaud et Jeannick Scellier, présidents des Fédérations françaises de ballon au poing, pour le premier, et de longue paume, pour le second, ont dernièrement fait état de leur projet au ministère de la Jeunesse et des Sports. Notre proposition a très bien été accueillie, se félicite Dominique Renaud. Mais compte tenu de la décentralisation, nous devons nous en remettre aux structures territoriales et prendre contact avec le Conseil général de la Somme et le Conseil régional
      Nous devons d'ailleurs nous entretenir très prochainement avec des représentants du Conseil Général car si le ministère accordera son soutien habituel aux deux sports, c'est au niveau local que nous seront accordés ou non des conseillers techni-ques.
      " L'idée d'une confédération a revu le jour, il y a un an, explique, de son c™té, Jeannick scellier. C'est le moment ou jamais, je crois, de réunir le ballon au poing et la longue paume. Mais il ne faut pas que nous per-dions pour autant des subventions.
       L'objectif est en effet d'obtenir de nou-veaux moyens financiers, d'intéresser les autochtones ainsi que tous les élus à ces deux pratiques qui sont ancrées dans nos racines. Ballon au poing et longue paume main dans la main?
      L'occasion surtout de leur donner un second souffle... K.M.

     La longue paume s'est inspirée de la courte paume, jeu à l'origine de l'introduction de la raquette dans les jeux de balles. Le matériel est à peu près semblables à celui utilisé dans cette discipline.

Le terme paume est issu du Moyen Age où l'on jouait avec la paume de la main. Dans un premier temps, les joueurs mettaient un gant pour se protéger. Ensuite, ils ont utilisé un battoir qui donnait plus de orce à la balle. Ces battoirs ont été tendus de peau pour permettre dde lancer encore plus loin.

Vers le millieu du siècle dernier, les cordes croisées qui permettaient une plus forte tension, sont apparues. Les raquettes sont donc devenues plus performantes et les balles ont été projetées beaucoup plus loin, ce qui posa le problème de la longueur du terrain.

Le problème a été résolu par le changement du type de balles. L'évolution s'est faite vers des balles faites de chiffons pressés sur lesquels on pelotonnait des fils de laine ou d'autres matières. Le tout était recouvert de cuir ou de drap. Les balles furent ensuite recouvertes de peau de chèvre ou de mouton. Un noyau de caoutchouc les rendait plus vives. Mais, depuis, elles ont radicalement changé. En effet, un joueur inventa la balle de liège recouverte de molleton. D'un diamètre de 5,5 à 6cm, elle pèse de 16 à 20gr et a entraîné un allègement de la raquette dont le poids fut ramené à 300gr.

Le jeu y a gagné en élégance, mais une adaptation aux conditions atmosphériques fut nécessaire, car les balles sont beaucoup plus sensibles au vent.

Actuellement, la raquette pèse de 275 à 300gr pour une longueur de 72cm maximum (le tamis fait environ le tiers de cette longueur). Il existe des raquettes plus courtes pour les juniors. Al'origine, le tamis des raquettes était fait de cordes de chanvre. La découverte de la boyauterie, vers la moitié du XVIIe siècle, a entraîné l'apparition des cordages en boyausx de mouton, cordages qui sont encore utilisés en concurrence avec les cordages synthétiques car, malgré leur fragilité (ils craignent l'humidité), ils sont plus performants.

A l'origine, les balles de liège étaient composées de deux hémisphères collées; à l'heure actuelle, elles comptent trois morceaux : une partie centrale et deux calottes. Un molleton taillé en deux morceaux formant un huit et cousus avec une seule couture, recouvre le liège. Leur poids idéal est de 18 gr pour les parties terrées et de 16gr pour les parties enlevées, mais selon la densité du liège, il est possible d'avoi des balles qui en pèsent 20. Cet état de fait oblige à jouer toutes les parties d'une compétition avec des balles de même poids.

Le foncier est la "pièce maîtresse" du jeu. Placé en bout de terrain, il doit recevoir et renvoyer le plus grand nombre de balles. Pour ce faire, il est assisté de trois cordiers et de deux basses volées.

Deux genres de parties coexistent :
      - la terrée où le joueur qui reçoit la balle paut la renvoyer à n'importe quelle distance, avant ou après la ligne médianne appelée corde ;
      - l'enlevée ;là, au contraire, le joueur qui reçoit la balle doit la renvoyer au-delà de la corde.

Dans les parties terrées, la longueur de l'aire de jeu est théoriquement illimitée. Elle est, par contre, limitée d'un côté (tir) dans les parties enlevées à quatre contre quatre, et des deux côtés pour les parties à deux contre deux et un contre un. Les équipes sont, en outre, séparées par une zone neutre longue de 7 ou 8 mètres. Ces lignes de rapport ont un rôle analogue à la ligne de fond des courts de tennis.

Dans les parties terrées, l'équipe comprend six joueurs : un foncier, deux basses-volées ou demi-volées, un millieu de corde et deux cordiers ou coins de corde. Le foncier commence à tirer et les autres joueurs suivent selon un order défini. Les équipiers peuvent permuter en cours de partie mais l'ordre des tirs doit e^tre maintenu pendant toute la compétition.

Une partie se joue normalement en sept jeux qui ne comportent pas d'avantages, sauf si les équipes se trouvent à égalité avant d'aborder le dernier jeu de la partie qui ne peut être remporté que par un écart de deux quinze.

Dans une partie enlevée, une équipe comprend quatre joueurs: un foncier, une basse-volée et deux cordiers.

Dans les parties de deux joueurs, ceux-ci partagent la tâche comme les joueurs de double au tennis.

Les parties sont arbitrées par un jury composé d'un présidennt menbre de la Fédération ou d'une union départementale (en principe). Il est généralement assisté par deux comissaires (quelquefois quatre) pris parmi des joueurs expérimentés. Ces comissaires placés de part et d'autre du terrain, circulent le long des limites latérales.

Les décisions sont prises à la majorité. Sur un coup douteux, le président ne se prononce qu'aprés avoir consulté les commissaires.

Les compétitions sont organisées de mi-avril à fin septembre, il y en a une centaine, tant sur le plan national que départemental. Les jeunes sont répartis dans quatre catégories : benjamins, minimes, cadets et juniors.

Les joueurs sont classés au début de la saison en quatre catégories.

La longue paume est un des sports qui ont participé à la renaissance sportive de la fin du XIXe siècle. En 1891, la longue paume a adhérée à l'Union des sociétés françaises des sports athlétiques. L'actuelle Fédération française de longue paume a été constitué en 1920.

 

Retour page Sommaire des Jeux